Plan gouvernemental pour développer l’entrepreneuriat féminin : septembre 2013

entrepreneuriat au fémininFaire fleurir l’entrepreneuriat féminin : voilà le programme que Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME et de l’Innovation et Geniève Fioraso, ministre de l’Enseignement Supérieur, ont exposé la semaine dernière.

La tâche n’est pas des plus faciles, car il s’agit d’opérer un profond changement de mentalités.

Au vu des études, les femmes seraient souvent plus enclines à s’auto-limiter par manque de confiance, et moins portées à prendre des risques. Le gouvernement a donc décidé de proposer des actions concrètes qui pourront inciter à l’autonomie professionnelle des femmes.

Cet apprentissage se retrouve dans le portage salarial. Dans ce statut, prisé des femmes cadres et des femmes à haut profil, l’autonomie ne va pas sans la sécurité. L’experte d’un sujet peut concilier vie professionnelle et vie privée tout en conservant un statut de salariée. Le Gouvernement a d’ailleurs acté la généralisation du portage en étendant récemment l’accord du 24 juin 2010 sur le portage salarial.

C’est dans le même objectif de promotion de l’initiative féminine, que les trois ministres Vallaud-Belkacem, Pellerin et Fiorsao, ont fait le constat que la France accuse un déficit en termes de femmes entrepreneurs, seulement 3% des femmes françaises sont créatrices d’entreprises sur la tranche d’âge 18-64 ans, là où les Etats-Unis en affichent 10%. Le gouvernement se dit prêt à combattre le vide actuel et se donne comme objectif de faire progresser le taux des femmes entrepreneurs pour arriver à l’ambitieux objectif de fin du quinquennat à 40% de femmes créatrices d’entreprises.

Le plan se base sur un objectif d’égalité hommes-femmes et s’articule autour de trois principales idées : sensibiliser, accompagner et financer.

Conscient que les mentalités se forment dès le plus jeune âge, le gouvernement prévoit une action de sensibilisation qui sera mise en place dès le collège au travers d’un nouveau parcours individuel, d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel intégré dans la loi de refondation de l’École. Les Pôles Étudiants d’entrepreneuriat, Entrepreneuriat Innovation (P2EI) seront eux ici très sollicités pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin.

D’autre part, un accompagnement territorial sera renforcé par des plans d’actions régionaux associés à divers partenaires (tels que Bpifrance, CCI France, CGPME, Caisse des Dépôts…).

Enfin, les femmes qui souvent subissent une inégalité de traitement lors de demandes de prêts bénéficieront désormais d’un fonds de garantie dédié à l’initiative des femmes dont le budget augmentera de 25%. Bpi France (la Banque publique d’investissement) aura également un grand rôle pour une meilleure valorisation des projets féminins et un fonds expérimental alliant CDC, Conseil régional, organismes consulaires et banques privées sera créé dans 3 régions différentes  pour améliorer les financements.

 

Une réflexion au sujet de « Plan gouvernemental pour développer l’entrepreneuriat féminin : septembre 2013 »

  1. Madame, Monsieur,
    Mon plus grand désir est de vivre et travailler à la campagne.
    J’ai plus de 50 ans, je suis actuellement au chômage, j’ai toujours travaillé, l’inactivité me pèse, changer de région ne nous dérange pas (mon mari est aussi au chômage).
    Vers quels organismes puis-je m’orienter pour connaître les postes à pourvoir en campagne.
    Je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à ma demande.
    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>