La notoriété du portage salarial en hausse : résultats du baromètre « Travailler Autrement »

Le guide du portage, en partenariat exclusif avec le think tank Fondation ITG, Travailler Autrement, vous présente en exclusivité les résultats du 3ème baromètre annuel « Travailler Autrement ». Celui-ci porte sur les tendances du marché de l’emploi des cadres en France.
Mené par Taddeo et TNS Soffres, il s’agit d’un sondage réalisé auprès de 500 cadres du secteur privé, représentatifs de la population des cadres, âgés de 18 ans et plus.

Baromètre emploi Fondation ITG

Des chiffres positifs pour le portage salarial

Le baromètre dévoile plusieurs chiffres encourageants pour le portage salarial, qui témoignent d’une perception positive de cette forme d’emploi atypique.

infographie notoriété du portage salarial

En effet, la notoriété du portage est en hausse : 60 % des sondés connaissent le portage salarial, tandis qu’ils n’étaient que 42 % en 2013. Parallèlement, 86 % des personnes interrogées voient le portage salarial comme une solution intéressante s’ils devaient se mettre à leur compte.

Cette étude révèle aussi un contexte favorable au portage salarial.
64 % des sondés considèrent que la responsabilité et l’autonomie sont des critères essentiels au travail. De même, 37 % pensent qu’il est nécessaire de développer des formes de travail plus souples. Enfin, malgré une aspiration au travail indépendant, le baromètre révèle un véritable attachement à la sécurité : environ 90 % des sondés considèrent qu’il est très important de pouvoir s’appuyer sur les avantages sociaux du salarié : mutuelle, couverture sociale en cas de maladie ou de chômage, cotisation au régime général de retraite…

Les enseignements du baromètre

Au-delà du cas du portage salarial, le baromètre de la Fondation ITG, Travailler Autrement met en avant plusieurs points intéressants :

  • 88 % des cadres interrogés apprécient leur travail,
  • 51 % des cadres voient la baisse du coût du travail comme la solution prioritaire face au chômage,
  • 77 % des cadres se disent préoccupés par leur travail durant leur temps de repos, ce qui traduit un équilibre difficile entre vie personnelle et vie professionnelle,
  • 82 % des sondés ont une perception positive ou très positive du travail indépendant
  • 72 % pensent que le CDI ne sera bientôt plus la norme,
  • 92 % ont le sentiment que les transitions et les reconversions professionnelles seront connues par la plupart des travailleurs au cours de leur vie professionnelle.

Pour télécharger le baromètre en intégralité, rendez-vous sur :

> http://www.fondation-itg.org/

A propos de la Fondation ITG, Travailler Autrement

La Fondation ITG, Travailler Autrement est un think tank d’études sur le travail et l’emploi. Cet organisme travaille au développement des nouvelles formes d’emploi et des nouveaux modes de travail au sein des entreprises.

Publié dans Actualité | Mots-clefs : chômage,emploi,Portage salarial,transition professionnelle

François Hollande souhaite assouplir le portage salarial : la réaction des professionnels du secteur

A l’occasion de ses vœux aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi, le président de la République a présenté, lundi 18 janvier 2016 son plan d’urgence pour aller plus loin sur le front de l’emploi. Un discours au cours duquel François Hollande a annoncé que le régime du portage salarial « sera assoupli ». Les professionnels du secteur n’ont pas tardés à réagir à cette annonce qui place une nouvelle fois le portage salarial au cœur du débat politique. Le guide du portage fait le point sur cette actualité.

Francois Hollande portage salarial 2016

Le portage salarial dans le plan d’urgence de François Hollande contre le chômage

Le chef de l’Etat l’a souvent répété : la lutte contre le chômage est sa priorité. Pour cela, il a annoncé un investissement de « plus de 2 milliards d’euros » dont la moitié sera consacrée à la formation de 500 000 chômeurs. Il a également confirmé l’engagement d’une « réforme du Code du Travail », visant principalement à simplifier celui-ci. L’enjeu est de taille : favoriser la mobilité, la sécurité, la liberté ou encore l’innovation à la fois pour les entreprises et les salariés.

L’entrepreneuriat dont « toutes les formes […] doivent être encouragées » est donc au cœur de ce plan avec pour ambition de « libérer dans notre pays la capacité de création ». A ce titre, il a précisé que « ce qui doit être encouragé, c’est l’acte d’entreprendre, et tout doit être facilité pour assurer la réussite, pas simplement la création, mais le développement ».

Le Président a ainsi présenté le portage salarial comme l’une des solutions face à ces problématiques. Un « mouvement qu’il faut faciliter, pas simplement pour créer de l’emploi mais pour créer de l’ambition ». Il a donc annoncé que « le régime du portage salarial sera assoupli pour permettre à chacun de proposer ses services à des entreprises ou à des particuliers, sans néanmoins, tout de suite au moins, avoir à créer une entreprise ».

Par cette nouvelle annonce, François Hollande confirme son intention de mettre le portage salarial au centre de son action en faveur de l’emploi. C’est donc un nouveau pas en avant fondamental pour le portage salarial, qui s’inscrit dans la continuité des précédentes mesures mises en place par le Gouvernement l’année dernière. Le 2 avril 2015, une ordonnance décisive a été adoptée pour apporter un cadre juridique détaillé au portage salarial. Un texte qui venait déjà assouplir les conditions de l’exercice d’une activité de portage salarial en sécurisant le statut de salarié porté. Le 30 décembre 2015, un décret venait encadrer définitivement l’ordonnance en clarifiant les conditions de la garantie financière et de la déclaration préalable des entreprises de portage salarial.

Les professionnels du portage salarial ont réagi favorablement à cette annonce… mais restent vigilants !

Hubert Camus, président du PEPSDans un communiqué publié sur le site du PEPS, le syndicat représentatif des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial n’a pas tardé à régir par l’intermédiaire de son nouveau président Hubert Camus.  Il a ainsi déclaré : « François Hollande a pris en compte l’importance de cette nouvelle forme d’emploi dans le paysage économique. En assouplissant l’accès au portage salarial, il va rendre éligible à ce statut des centaines de milliers de demandeurs d’emploi, leur permettant ainsi de concilier indépendance et protection sociale. Avec ces futurs professionnels indépendants et autonomes, on favorise le développement de nouveaux métiers, notamment ceux des plates-formes numérique, et bien entendu de l’entreprenariat au sens large ».

En sa qualité de président du PEPS, il reste néanmoins vigilant à cette annonce et précise : « Nous nous rapprochons dès à présent des services de l’Etat pour demander l’ouverture d’une négociation sur la Convention Collective du Portage Salarial qui finalisera la règlementation de l’activité et permettra de sécuriser l’accession à ce régime au plus grand nombre ».

Une position partagée par Patrick Levy-Waitz, récemment nommé président de l’OPPS (Observatoire Paritaire du Portage Salarial) et par ailleurs vice-président du PEPS. Dans une dépêche reprise par l’AEF, il rappelle que « Le portage salarial est le fruit d’un consensus social qui a mis 10 ans à se construire ». Pour lui, « l’élargissement de son champ doit se faire en associant tous les partenaires sociaux [...]  Nous demandons à être reçus par l[a] ministre du Travail et le ministre de l’Économie [...] pour construire avec les pouvoirs publics cette nouvelle étape ». A propos de l’ouverture d’une négociation sur la convention collective, il précise que « c’est une urgence à laquelle le ministère du Travail doit répondre rapidement ».

La réaction de l’Ugict-CGT est quant à elle plus mesurée. En effet, dans son communiqué, le syndicat de référence des ingénieurs et cadres parle d’« ubérisation du salariat » et présente cette nouvelle comme « une dérèglementation du portage salarial, au mépris de l’accord unanime des acteurs sociaux, pour élargir le portage à l’ensemble des travailleurs, et l’utiliser dans de nouveaux secteurs, comme celui du travail à domicile ».

Le guide du portage vous tiendra naturellement informés des prochaines actualités sur le sujet qui ne tarderont pas à venir courant 2016…

Publié dans Actualité | Mots-clefs : chômage,emploi,Portage salarial,réglementation

L’emploi des cadres en nette amélioration

Le 5 octobre 2015, le Cabinet de conseil en recrutement Robert Half dévoilait les résultats de son étude sur la rémunération des cadres. Celle-ci pointe une nette amélioration de l’emploi des cadres depuis un an, dans un contexte général pourtant peu réjouissant en matière d’emploi.

Intéressons nous aux raisons qui expliquent cette amélioration et aux solutions alternatives dont disposent les cadres pour retrouver le chemin de l’emploi, notamment le portage salarial.

Augmentation emploi cadres

Emploi des cadres : pourquoi cette amélioration ?

Fabrice Coudray, directeur de Robert Half, explique cette embellie par un nombre important de départs à la retraite dans les années à venir, qu’il est nécessaire de compenser.

En parallèle, il insiste sur l’enjeu fondamental pour les entreprises de réussir leur transformation digitale et leur passage au numérique. C’est par ailleurs l’un des points clés du Rapport Mettling dont nous vous parlions dernièrement.
Dans ce contexte, les entreprises se montrent plus exigeantes et préfèrent faire appel à des profils très qualifiés, à haute valeur ajoutée.

L’executif, quant à lui, a manifesté sa volonté de “stimuler la création d’entreprise et d’emploi dans le numérique” pour favoriser son développement. Pourtant, il est intéressant de relever que le numérique fait, lui aussi, face à un paradoxe. La demande des entreprises est très forte, pourtant les métiers du digital pointent à la 8ème place des secteurs en pénurie en France.

Le portage salarial, tremplin pour l’emploi des cadres

En plus des raisons évoquées par Fabrice Coudray, on peut légitimement s’interroger sur le rôle positif du portage salarial sur cette amélioration de l’emploi des cadres. En effet, cette nouvelle forme d’emploi est une solution idéale pour tester son activité, exercer en toute autonomie et retrouver un emploi stable.

Un cadre en portage salarial bénéficie du statut de salarié et de l’accompagnement de son entreprise de portage, qui lui permet notamment de ne pas avoir à gérer sa comptabilité ni les aspects administratifs de son activité par lui-même.

Rappelons que le portage salarial s’adresse aux professionnels capables de trouver des clients en autonomie, dans les domaines du conseil et de la prestation intellectuelle. Il est aujourd’hui utilisé aussi bien par des cadres seniors, des cadres en transition professionnelle, des personnes en quête de reconversion, des retraités désireux de rester actifs, des freelances, des jeunes diplômés, ou encore des créateurs d’entreprises qui souhaitent tester leur activité avant de se lancer.

En savoir plus sur le portage salarial

Publié dans Actualité | Mots-clefs : cadres,emploi,Portage salarial

Confiance et seniors : les clés du développement de l’emploi pour 2015 ?

La confiance de retour chez les DRH ?

Le nouveau Baromètre d’Inergie est source d’optimisme. En effet, les DRH retrouvent le sourire et leur enthousiasme progresse de quatre points depuis 2014. Même s’ils continuent de redouter les turbulences économiques et les variations réglementaires, plus de 7 DRH sur 10 ont plutôt confiance dans l’avenir de leur entreprise pour les mois à venir.

Ce Baromètre qui a été produit pour le compte de l’ANDRH et d’Entreprise et Carrières traduit cette même confiance pour leur secteur d’activité. En effet, seulement 2 DRH sur 10 anticipent une dégradation de leur secteur économique (contre 3 sur 10 pour 2014 et plus de 4 sur 10 pour 2013).

Senior confiance

Se projetant plus loin, ils sont même 3 sur 10 à envisager de recruter en 2015 et désormais seul 1 DRH sur 2 envisage que son entreprise doive concevoir un plan de départ volontaire.

Enfin, quant à ce qui est appelé le climat au sein de l’entreprise, ils sont 7 sur 10 à considérer que les relations sociales sont plutôt bonnes dans leur entreprise.

Les seniors : après la Silver Economie, le Silver Emploi ?

Alors que le Gouvernement est déjà intervenu à plusieurs reprises en matière d’emploi des seniors ou bien en matière de Silver Economie (http://www.slate.fr/story/78532/silver-economie-vieux-croissance) c’est désormais le think-tank Institut Montaigne qui enfourche également ce cheval de bataille.

Dans une note intitulée « l’emploi des seniors : levier de croissance et de bien être » publiée vendredi le 19 juin 2015, le célèbre Institut propose de « sortir de la préretraite généralisée »  pour recréer une spirale positive.

Cette note est l’une des cinq qui constituera un dossier global de Montaigne sur le « Bien vieillir » produit par une équipe dirigée par le PDG d’AXA, Nicolas Moreau.

L’occasion de rappeler que depuis les 70’s, la culture de la préretraite a poussé hors du marché du travail des centaines de milliers d’actifs des personnes surtout entre 54 et 57 ans avec une difficulté de rebond maximal par la suite.

Mesure choc proposée par l’Institut Montaigne, retarder l’accès à la retraite à 60 ans au lieu de 50. Cette mesure tient compte du fait que la fixation de l’âge légal de retraite ayant été décalé à plus de 62 ans, le temps restant aux seniors licenciés à partir de 54 ans devient de plus en plus long avant d’accéder à la retraite. L’Institut parle de désalignement entre les intérêts des entreprises et des salariés quinquas.

Confiance et seniors, Optimisme et expérience semblent être les deux tendances qui se dessinent chez nos décideurs pour résorber le chômage  en 2015. De 2012 à 2014, ils avaient plutôt plébiscité les vocables de « crise » et valorisé l’emploi chez les jeunes.

Télécharger l’étude de l’Institut Montaigne : http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/faire-du-bien-vieillir-un-projet-de-societe

Publié dans Actualité | Mots-clefs : emploi,senior

Exclusif : Une ordonnance essentielle qui sécurise le portage salarial !

Le 2 avril, le gouvernement a adopté une ordonnance en faveur du portage salarial. Voici en exclusivité le compte rendu du conseil des ministres qui a adopté l’ordonnance.

> Télécharger l’ordonnance en intégralité

Ordonnance portage salarial

Ordonnance en faveur du portage salarial : qu’est-ce qui change ?

Cette ordonnance va plus loin. Il s’agit d’assouplir les conditions de l’exercice d’une activité de portage salarial en sécurisant le statut de salarié porté. Pour cela, elle propose 4 changements majeurs sur lesquels nous allons revenir.

1. Élargissement des profils concernés par le portage

Jusqu’ici en 2013 et 2014, seules les personnes disposant du statut de cadre avaient la possibilité d’exercer leur activité en portage salarial.

Désormais, chacun peut en bénéficier s’il est suffisamment qualifié dans son domaine d’activité et capable de trouver des clients en autonomie. L’entreprise de portage devra donc sélectionner les portés qui répondent à ces critères.

2. Abaissement du plafond minimal de rémunération

Actuellement, la rémunération d’un salarié porté est fixée à 2900 euros brut. Cette ordonnance propose un abaissement du plafond minimal de rémunération : le montant de la rémunération mensuelle minimale est fixé à 75% de la valeur mensuelle du plafond de la sécurité sociale (2015 : 2380 euros).

3. Création d’un contrat de travail en portage salarial

L’ordonnance prévoit la création d’un contrat de travail en portage salarial qu’il soit à durée déterminée ou à durée indéterminée.

Auparavant, l’entreprise de portage était le périmètre qui permettait de savoir si le salarié porté pouvait bénéficier d’un CDD. Elle devait démontrer un accroissement de son activité pour avoir des salariés en CDD, au même titre qu’une entreprise classique.

Désormais, le recours au CDD est possible si l’entreprise cliente observe un accroissement de son activité. C’est un changement de périmètre important pour les salariés.

Cette ordonnance prend donc en compte les 3 parties : l’entreprise de portage, le salarié porté et l’entreprise cliente.

4. Des garanties élargies et renforcées

Les garanties prévues dès 2010 dans des accords dédiés vont désormais devenir une réalité, un vrai changement étant donné les obligations légales que certaines entreprises de portage ne respectaient pas jusqu’à présent.

Jusque là, les salariés portés bénéficiaient de garanties financières, de l’exclusivité (une entreprise de portage salarial ne peut faire que du portage salarial, ainsi les salariés portés sont avec des « pairs ») et d’une obligation d’accompagnement et de formation par la société de portage.

A ces avantages s’ajoute l’obligation d’effectuer une déclaration préalable d’activité auprès de l’administration.

Derrière ces changements, la philosophie reste inchangée : réserver le portage à des professionnels suffisamment qualifiés pour exercer leur activité en autonomie (réalisation des missions et prospection commerciale).

L’enjeu dépasse clairement le statut du portage salarial. C’est une réponse concrète au besoin de « simplification » désiré par les entreprises et les travailleurs.

Des conséquences et des suites à cette nouvelle donne juridique

Cette ordonnance devra être précisée par un décret qui devrait prochainement définir les modalités de recours au portage et les sanctions pénales en cas d’inexécution. Elle devra aussi être ratifiée par le Parlement pour obtenir une force législative.

Des suites économiques sont également prévisibles : certaines entreprises risquent de perdre ou de gagner des parts de marché, en fonction des profils différents de leurs portés.

Des conséquences économiques qui pourraient entrainer des difficultés pour certaines entreprises mais aussi des succès et certainement des mouvements de concentration pour d’autres.

Publié dans Actualité | Mots-clefs : emploi,Portage salarial,réglementation

Exclusif : le Conseil des ministres va adopter une ordonnance visant à sécuriser le portage salarial

D’après nos informations, le Conseil des ministres a inscrit à son ordre du jour l’ordonnance sur le portage salarial. On annonce déjà quelques surprises dans le contenu de cette ordonnance très attendue par le secteur.

ordonnance-portage-salarial

Pour rappel l’ordonnance adoptée en Conseil des ministre s’appliquera à tout le secteur ayant une valeur réglementaire.

Ultérieurement, elle devra donc faire l’objet d’une ratification parlementaire pour lui donner valeur législative.

Dans le laps de temps avant cette retranscription législative, l’ordonnance devrait s’appliquer en attente d’une convention collective.

Nous vous informerons du contenu de l’ordonnance dès que nous aurons plus d’informations.

Publié dans Actualité | Mots-clefs : emploi,Portage salarial,réglementation

Chiffres de l’emploi : les inquiétudes du chômage structurel… avant le rebond en 2015 ?

Mardi 27 janvier, on va découvrir que la barre très symbolique des 3,5 millions de sans-emploi a été franchie l’an dernier en métropole. Ce chiffre inquiète surtout parce qu’il repose sur deux tendances qui semblent s’incruster dans notre paysage.

Les chiffres de l’emploi révélés hier ont eu une forte portée symbolique : le seuil des 3,5 millions a encore été dépassé… établissant un sombre bilan pour cette année 2014, selon l’aveu même du ministre du Travail, François Rebsamen. Les raisons de ce fléau se précisent tous les mois, qu’elles soient structurelles ou conjoncturelles.

chiffres-emploi

Des blocages structurels à l’emploi des jeunes et des quinquas

2014 aura été une année de poursuite de la croissance…du chômage.

Ce dernier n’a pas épargné de catégories mais a surtout frappé ceux qui ont pourtant fait l’objet de plusieurs plans.

Le chômage des jeunes, encore et malgré tout

A la fin 2014, malgré les efforts constants du Gouvernement et des institutions européennes, la France subit toujours l’augmentation de l’inactivité de ses jeunes. Augmentation limitée mais pas d’inversion de la courbe avec une  +0,5% de chômage chez les jeunes, et ceux malgré les désormais fameux emplois d’avenir.

L’exclusion des seniors

L’économie et les entreprises françaises continuent malheureusement à se priver de l’expérience des 50 ans et plus. La culture du départ anticipé, de la pré-retraite et la frilosité des recruteurs y sont pour beaucoup.

En 2014, le résultat est alarmant puisque cette catégorie a subi +11% de chômage et que 43% des seniors-chômeurs sont au chômage depuis plus d’un an.

Conjoncture économiques versus action permanente des pouvoirs publics 

En plus des mesures spécifiques aux jeunes, le Gouvernement avait déjà prévu un plan de lutte contre le chômage des seniors en juin 2014. Malheureusement, il semble s’être confronté à une conjoncture économique toujours négative.

Le Gouvernement aurait-il des raisons de se montrer optimiste ? On commence à le dire. En effet, plusieurs paramètres laissent entrevoir une éclaircie sur la météo de l’emploi.

L’indicateur du climat des affaires conçu par l’INSEE reste stable et penche même vers un retournement favorable.

La baisse de l’euro et du prix du pétrole pourraient permettre à la zone euro, et au premier rang à la France, de retrouver une compétitivité globale de ses productions et donc faire redémarrer l’activité et l’embauche. Cette tendance devrait d’ailleurs se renforcer, l’euro continuant de chuter avec les résultats électoraux en Grèce.

Si on y ajoute, les plans d’investissement européens prévus par Jean-claude Juncker, nouveau président de la Commission européenne, et les efforts européens en matière d’emploi pour les jeunes notamment, l’espoir peut revenir.

http://www.medias24.com/chro151883L-Europe-en-quete-d-emplois.html

Preuve supplémentaire s’il en fallait d’un théorème constant : seule la conjugaison de mesures publiques et de résultats économiques tangibles peut avoir une conséquence directe sur le front de l’emploi.

Deux questions subsistent pourtant.

Premièrement, la croissance dépassera t’elle seuil fatidique de 1,5% qui est défini comme le seuil minimal pour produire de l’emploi ?

Deuxièmement, nos jeunes et nos seniors vont-ils s’emparer de ces nouvelles formes d’emploi qui leur permettraient de se raccrocher au marché de l’emploi ? Franchiront ils le Rubicon, comme des millions de nos voisins, de créer leur propre activité, de passer par le portage ou par une coopérative d’activité plutôt que par une forme d’emploi classique ?

A 2015 d’y répondre.

Publié dans Actualité | Mots-clefs : chômage,emploi