390 millions d’euros supplémentaires débloqués pour les opcos en 2021

Publié le 14/07/2021

Le 9 avril dernier, le Ministère du Travail a annoncé la signature de différentes conventions avec les opérateurs de compétences. Ces derniers, créés par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018, ont pour mission d’accompagner les entreprises dans leurs démarches de formation.


Quelques rappels


Afin de préparer la sortie de la crise sanitaire et de faire en sorte que les entreprises disposent à ce moment des compétences dont elles ont besoin, le gouvernement a développé le FNE-Formation. Celui-ci sert notamment à financer les formations des salariés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée.

Depuis près d’un an, les opérateurs de compétences servent d’intermédiaire entre le FNE-Formation et les entreprises : 98% des fonds du FNE passent ainsi par les opcos. Les différentes conventions signées vont donc renforcer leur action.


Concrètement, sur quoi portent ces conventions ?


Les opérateurs de compétences vont devoir cibler les entreprises, définir leurs besoins de formation, monter les solutions qui y répondent, et assurer le suivi du processus.

Le ministère du travail estime qu’avec ces fonds, environ 48 000 formations pourront être financées. Il s’agira notamment de formations visant à permettre au salarié :

  • De changer de métier ou de secteur d’activité en restant dans la même entreprise ;
  • D’acquérir un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle … ;
  • De s’approprier les nouveaux outils et méthodes de travail notamment pour faire face aux transitions écologique et numérique.

 

Parmi les différents opcos, Akto reçoit 75 millions d’euros. Celui-ci regroupe des professions touchées par la crise comme l’hôtellerie-restauration ou le transport aérien par exemple. Le portage salarial est aussi compris dans le champ d’Akto, et pourrait donc également bénéficier de ces fonds.



© Le Guide du Portage - 2021