Après les tickets-restos, le chèque bureau ?

Publié le 29/07/2021

A la fin de l’année 2020, les partenaires sociaux ont signé un accord interprofessionnel sur le télétravail. Dans celui-ci, ils expliquent notamment que le télétravail peut s’effectuer à la maison ou dans un tiers-lieu. Ces derniers se sont largement développés ces dernières années et accueillent de plus en plus de télétravailleurs lassés de rester chez eux. Ils permettent à chacun l’accès à un bureau, une connexion internet ou à différentes installations.

C’est dans ce contexte qu’à l’appel de la Fondation Travailler autrement, une trentaine de personnalités ont lancé l’idée d’un chèque bureau universel. Parmi les personnalités ayant signé cette tribune, les anciens ministres Myriam El Khomri et Benoît Hamon, les syndicalistes Jean-Claude Mailly (FO) et Laurent Escure (UNSA), ou certains grands patrons plaident ainsi pour ce droit nouveau.

Ce chèque, cofinancé par l’employeur, l’Etat et les collectivités, permettrait à chacun d’accéder à un tiers-lieu de son choix tout en réduisant son empreinte carbone. Le chèque pourrait également être partiellement pris en charge par le CSE sous réserve d’un accord d’entreprise.

Cette initiative n’est pas tout à fait nouvelle : en février dernier, des sénateurs avaient déjà rédigé une proposition de loi « tendant à faciliter l’accès à des bureaux de proximité et le maintien de la vie sociale des travailleurs à distance » qui instaurait des « titres-bureaux pour le travail en bureaux de proximité ».

 

© Le Guide du Portage - 2021