Le portage salarial a (enfin) trouvé son OPCO !

Publié le 10/04/2019

Après plusieurs mois de discussions, la branche du portage salarial a finalement trouvé son OCPO d’appartenance. Plutôt qu’un nom évocateur et poétique (comme pour l’OPCO ATLAS), c’est une forme de simplicité qui a primé pour nommer l’OPCO « des entreprises et salariés des services à forte densité de main d’œuvre ». Celui-ci regroupe plus de trente branches professionnelles… Avant de voir où se situe le portage salarial dans tout ça, retour rapide sur ce qu’est un OPCO et ce que cela va changer pour vous.

 

Mais au fait, c’est quoi un OPCO ?

Le big bang de la formation professionnelle a été initié par la loi « Avenir professionnel »de 2018. CPF, plan de formation, OPCA… Personne n’allait en réchapper.

Les principaux objectifs de la loi étaient de simplifier les dispositifs de la formation, qui brillaient par leur complexité et, d’axer la réforme sur le développement des compétences des individus en leur donnant la maîtrise de leur formation professionnelle (notamment avec la monétisation du CPF et son utilisation directe par les usagers).

Cette réforme est aussi passée par la redistribution du rôle des partenaires sociaux, notamment avec la transformation des OPCA en OPCO et la création, dès le 1er janvier 2019, d’un nouvel organe de régulation et de financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage : « France compétences » en janvier 2019.


Changement de rôle : de l’OPCA à l’OPCO

Les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) étaient chargés de collecter et de mutualiser les différentes contributions versées par les entreprises en matière de formation professionnelle. Grâce à cet argent, les OPCA finançaient des actions de formation au profit des salariés des entreprises et des demandeurs d’emploi.


Les opérateurs de compétence (OPCO) n’ont quant à eux plus ce rôle de collecte (même s’ils en gardent une partie liée au financement des contrats d'apprentissage et de professionnalisation). Leurs missions sont davantage tournées vers le conseil et les services auprès de leurs branches adhérentes bien sûr, mais aussi en faveur des TPE/PME qui les composent.

Objectif : accompagner les branches, notamment en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, mais également les petites et moyennes entreprises, pour les aider à faire face aux mutations économiques et numériques de leur secteur d’activité.

Pour ces entreprises, le but est d’améliorer l'information et l'accès de leurs salariés à la formation professionnelle et, de les accompagner dans une meilleure anticipation de leurs besoins en matière de formation.

 

Et le portage dans tout ça ?

L’OPCO « des entreprises et salariés des services à forte densité de main d’œuvre » a obtenu son agrément le 1er avril 2019. Il est composé de la branche du portagesalarial qui rejoint celles de l’hôtellerie et de la restauration, des entreprises de la sécurité, du travail temporaire, du commerce de gros … et bien d’autres.

Cet OPCO ne regroupe pas moins de 4,5 millions de salariés et, plus de 250 000 entreprises, TPE, PME, grandes entreprises, implantées sur tout le territoire.

 

Mais pourquoi ce choix ?

La grande question que l’on peut se poser est pourquoi regrouper ces branches en apparence si différentes (pour certaines) au sein de cet OPCO ?

La réponse se trouve dans les métiers de ces différents secteurs qui ont tous un point commun : l’humain qui est au cœur de l’activité et du service fourni que ce soit aux entreprises, aux particuliers ou aux collectivités.

Ces métiers, pour lesquels le relationnel est un facteur clé de qualité des prestations proposées, font face à des mutations et des enjeux de transformation communs : la transition et la transformation numériques qui modifient profondément l’évolution des usages et l’évolution des attentes et de la relation client.

Mutualiser et partager les différentes expertises de ces secteurs pour en accroître l’attractivité, tout en sécurisant les parcours professionnels des salariés qui les composent, voilà le défi que devra relever ce nouvel OPCO.

 

Concrètement, c’est quoi la suite ?

Un enjeu dans les prochaines semaines est que le portage salarial fasse partie d’une section paritaire professionnelle. Cette « commission » peut réunir une ou plusieurs branches pour traiter de questions qui les concernent plus spécifiquement.

Ce sujet est important.

Ces sections ont en effet pour but de piloter, gérer et suivre la mise en œuvre de dispositifs propres à certaines branches. Cela permet de traiter de sujets en lien avec les spécificités des branches concernées.

La branche du portage salarial commence à voler de ses propres ailes et ce secteur connaît un développement croissant. S’il ne faut pas minimiser l’importance de la mutualisation des pratiques et usages de chacun, il ne faut pas pour autant en nier les spécificités.

© Le Guide du Portage - 2019